« Tripper » Noël

Depuis qu’Halloween a pris fin, on n’entend plus parler que de Noël, près de deux mois à l’avance; j’ai déjà écrit à ce sujet. Au risque de passer pour le « Grinch » ou le « Scrooge » de l’histoire, je dois avouer que ça commence à m’agacer maintenant, surtout que le catalogue de Noël est déjà livré à notre porte quasiment à la fin du mois d’août. Rivière-du-Loup a beau être devenue la « capitale de Noël », il me semble qu’on ne fait ainsi ressortir que « l’aspect mercantile » de la fête, tout comme cela se vit aussi ailleurs. Même le père Noël s’installe plus de cinq semaines avant la fête dans certains centres commerciaux.

Plus de surprise pour les enfants, plus de cachette pour les plus âgés, Noël a une obligation de rentabilité pour les braves commerçants et leur personnel qui vivront Noël complètement épuisés en raison d’une promotion intensive et d’heures d’ouverture quasiment inhumaines. Je le sais, mon fils est boucher et ses périodes de repos, comme ses congés, se feront rarissimes au point qu’il ne pourra possiblement pas venir voir sa famille au Bas-Saint-Laurent.

Oui, j’admets que je suis peut-être vieux jeu et d’un autre temps, mais il me semble que la fête avait plus de sens à une autre époque. Course aux présents, recherche de rabais, épicerie faite à la dernière minute, précipitation, manque de courtoisie entre clients dans les boutiques, les stationnements et les centres commerciaux, personnel desdits commerces absolument vidés en raison d’heures de travail étendues, sourires et propos artificiels sinon absents, est-ce cela l’esprit de la fête?

Je me souviens d’un temps pas si lointain où l’arbre de Noël était monté la veille de la fête, où les enfants allaient au dodo en ne sachant pas ce qui les attendrait lors du réveillon ou au matin, alors que le réveil était source de fébrilité, de découverte et de joie spontanée. Je me souviens de tournées familiales où chaque repas et chaque moment se faisait plaisir de retrouver cousins, cousines, oncles et tantes, grands-parents autour d’une vaste tablée où les enfants avaient encore le droit de rire et de faire du bruit sans crainte de « déranger » les plus vieux. Je me souviens du « bulldozer » reçu alors que je ne m’y attendais absolument pas, il y a de cela déjà plus de 40 ans, à une période où mes parents avaient sans doute peu les moyens de me l’offrir. Mais je le voulais tellement…

Que reste-t-il de tout cela? Pas grand-chose… Sans rien enlever à l’importance de la célébration, les familles sont plus en plus diluées, éparpillées, et les décorations ne deviennent parfois qu’un prétexte à croire que la fête existe encore… Mais qu’en est-il de l’esprit de la fête et de la surprise lorsque les cadeaux sont placés sous l’arbre deux semaines à l’avance? Qu’en est-il de la joie de la découverte quand les enfants et les adultes savent déjà ce qui les attend sous le traditionnel sapin? Que reste-t-il de neuf dans un contexte où tout est tellement programmé et ancré dans l’esprit à grands renforts de promotions, qu’il ne reste plus de place pour l’imaginaire et la spontanéité?

Ma copine trippe Noël et sa maison sera sans doute décorée de fond en comble. Elle a déjà tout ce qu’il faut, et c’est correct. Mon appart se passera d’artifices parce que je n’y recevrai personne (je le sais déjà) et que les plus beaux cadeaux sont, pour moi, la présence des personnes que j’aime, bien au-delà des lumières, des étoiles et du « flafla » que l’on essaie de nous vendre en émoustillant notre sens de la culpabilité.

Je préfère le contact des gens qui me touchent à toute décoration artificielle et installée parce qu’il le faut bien. Je souhaite et je préfère vivre le meilleur de la joie de la fête sans me sentir obligé de m’incliner devant les prétentions commerciales qui en dénaturent la signification. Aucun décor, aussi élaboré soit-il, ne peut remplacer la présence d’êtres aimés et attendus avec impatience. Aucun cadeau déposé sous l’arbre deux ou trois semaines à l’avance avec sa petite étiquette ne sait reproduire l’émerveillement de l’enfant qui sommeille en nous, au moment du réveil et de la découverte… À Noël, je dis oui, mais pour le vrai, pas pour plaire aux vendeurs du temple.

6 Réponses pour « Tripper » Noël

  1. Je suis aussi entièrement d’accord avec vous Sylvain, tout est trop tôt… on sort les décorations avant même que l’Halloween soit terminé, on entend des chansons de Noël dans les centres d’achats pendant 2 mois avant la fête… je pense à ces pauvres employés des magasins… ils doivent être vraiment « tannés » (pour ne pas dire écoeurés…) d’entendre tous ces chants… rendus à Noël, on en a raz le bol… par contre la fête de Noël elle-même, c’est encore merveilleux quand on veut s’en donner la peine. Chez-nous, depuis une dizaine d’années, on fait un échange de « cadeaux fabriqués », d’où il sort toutes sortes d’idées toutes plus intéressantes les unes que les autres! Et cette année, les petits-enfant vieillissent et ils veulent participer à cet échange! Cela, c’est vraiment cool! comme disent les enfants. Donc, Joyeux Noël à vous!

    • sylvaindionne

      Mais que voilà une charmante idée pour redonner un air de créativité à la fête! Des cadeaux fabriqués, c’est tout à fait dans l’esprit de la fête. S »investir soi-même pour imaginer et construire ce qui fera plaisir, à l’extérieur des contextes commerciaux qui sont maintenant plus traditionnels que la tradition elle-même. Joyeux Noël à vous aussi!

  2. Karine Plourde

    Tu as raison, Noel est devenu plus mercantile… Mais il est encore possible de se laisser envahir par sa magie! Noel n’est-il pas ce qu’on en fait?

    Pour ma part, je suis une inconditionnelle amoureuse de cette fête, de sa magie… J’ai la chance de venir d’une famille très nombreuse du côté de ma mère, qui fait en sorte que nos partys ont encore des airs d’antan… 65-70 personnes (sur 4 générations) paquetées dans une maison dont les fenêtres embuent à force du nombre, les enfants qui crient (eh oui, ils ont encore le droit chez nous ;), les chants entonnés en choeur, les enfants qui appellent la venue du Père Noel à minuit… Mais tu as bien raison de dire que c’est sans doute ce qui fait la différence, car je n’échangerais pas l’ambiance de ces rencontres familiales, même contre tous les cadeaux du monde.

    Bref, tout ça pour dire qu’il y a moyen de préserver le sens de Noel et de se laisser émouvoir… Je le confesse, même à l’aube de la trentaine, je suis toujours comme une enfant à l’approche du temps des fêtes, joyeuse à l’écoute de chants des fêtes (et souvent entonnant en coeur – au grand désarroi de mon chum ;), émue à la messe de minuit, encore émerveillée s’il tombe une belle neige floconneuse quelques jours avant le 25 décembre…

    Oui, je décore bien avant la date… Mais parce que je trépigne d’impatience à l’approche des festivités! Et j’ai tellement hâte de partager mon émerveillement avec ma fille!

    Joyeux temps des Fêtes à l’avance, Sylvain!

    P.S.: Désolée de la faute chaque fois que j’écris Noel, toujours pas trouvé l’accent nécessaire sur mon portable!

    • sylvaindionne

      Alors, c’est super! Continue à te nourrir de magie! Amuse-toi bien et heureux temps des Fêtes! Merci de ton commentaire!

  3. Bonjour M.Dionne
    Je suis en accord avec vous a 100%. La magie n’est plus, c’est une fête d’argent pour les commerçants maintenant. Étant mère de 4 enfants(2 qui croient encore au Père-Noël) je n’ai pas le choix trop trop de faire mes décos avant le temps car ils ont vu le Père Noël bien tôt… Vous savez, nous avons les superbes célébrations de Noël chez nous à chaque année mais surement que plusieurs gens diront comme moi, c’est trop tôt! Le Père Noël est pour le mois de décembre normalement et chaque année après que mes petits l’aient vu à la parade ou aux festivités, la magie de Noël n’est pas la même. Ahh si tout pourrait être fait en décembre… Même dans les magasins, les costumes d’halloween de sont pas encore otés des tablettes que les couronnes sont un peu plus loin! Tout va trop vite…
    C’est une belle fête, on ne peut rien lui oter. Lutin sniqueux vient chaque soir voir les enfants qui font dodo pour rappporter la liste des petits qui veulent des cadeaux au pôle nord 😉
    Il faut rendre sa magique car la magie n’est plus comme elle était malheureusement.

    • sylvaindionne

      Et lorsque la magie est diluée ou se meurt, c’est aussi l’esprit de la fête qui est dilué ou qui finit par mourir d’une trop longue attente… Merci de votre commentaire!