Un parfum d’éternité…

Je travaille présentement à compléter la planification d’une des plus belles campagnes de communication sociétale de ma carrière de communicateur. J’ai conçu, conduit, mené et coordonné plusieurs interventions de ce genre dans ma région et à l’extérieur; mais celle-ci me touche plus particulièrement parce qu’elle révèle à la fois la fragilité de l’humain et son aptitude à soutenir ses pairs. Il s’en dégage, au-delà de tout, comme un parfum d’éternité, une fragrance d’espoir en l’espèce humaine qui, je l’avoue, m’émeut…

Il reste encore quelques détails à régler; cela a pris un peu plus de temps que prévu et nous sommes confrontés, comme créatifs, à quelques retards que nous ne maîtrisons pas nécessairement. Les outils planifiés sont presque tous en place, les principaux moyens de diffusion seront bientôt synchronisés et confirmés. Tout n’est pas encore pleinement réalisé mais presque, et cette campagne saura toucher les gens au coeur parce qu’elle nous concerne et nous rejoint tous à un âge ou à un autre de la vie. Il y a, dans cette campagne de mise en contexte et de sensibilisation, près d’un an de travail déjà. Avec des moyens somme toute restreints, nous réussirons, je le crois, à susciter des réactions, à mettre des ambiances en lumière, à éveiller des consciences.

Le résultat final sera bientôt rendu public dans son intégralité et se déploiera sur plus d’une autre année au Bas-Saint-Laurent; de tels messages, malgré les contraintes de temps et de budget, ne peuvent être improvisés ou bousculés si on veut que leur impact soit durable et significatif pour la population. Il s’agit ici d’une campagne de notoriété à multiples volets impliquant le recours aux médias traditionnels, à la représentation directe, aux relations publiques, aux relations de presse, à l’affichage et à la publicité comme aux médias sociaux; un « mix » complexe mais tellement stimulant pour un travailleur autonome. Les retombées ne se mesureront pas dans deux semaines ni même deux mois. Mais à long terme, je souhaite que nous nous souvenions du message livré, quel que soit le moyen qui aura attiré notre attention.

Le sujet est, en même temps, simple et complexe. Il est de grande actualité, de cette actualité que l’on a parfois tendance à oublier dans l’effervescence du quotidien; on parle ici d’aide à domicile… Je vous invite à visionner ces quelques capsules réalisées de concert avec Hidalgo Média et avec l’appui de Avec Style; n’hésitez pas à livrer vos impressions ou vos commentaires, quels qu’ils soient. Ces capsules vous invitent à rencontrer, à découvrir et à mieux connaître des gens de coeur.

Premier témoignage

Deuxième témoignage

Troisième témoignage

Quatrième témoignage

Bientôt, vous pourrez suivre les gens de coeur du Bas-Saint-Laurent sur le Web. Un site spécifique leur sera dédié et ils le méritent bien parce qu’ils participent activement à la vitalité de nos communautés dites éloignées.

5 Réponses pour Un parfum d’éternité…

  1. Carl Johnson

    Bravo Sylvain pour ton travail. J’ ai bien aimé les témoignages que se soient des bénéficiaires ou des aidants(tes), ils s’expriment d’un naturel désarmant.
    Mon père bénéficie de ces services, ce qui lui permet de demeuré chez lui et non dans une résidence privé ou un CHSLD et d’avoir une bien meilleur qualité de vie.

    Félicitation encore une fois.

    • sylvaindionne

      Merci de ton commentaire, Carl. Je crois que cela rejoint en effet beaucoup de gens. Si les participantes et participantes s’exprimaient si naturellement, c’est qu’ils ont laissé parler leur coeur avant tout.

  2. sylvaindionne

    Je suis très heureux que tu apprécies, Michel, et surtout que cela te touche, sachant que tu es un homme de communication donc que tu connais la portée potentielle de telles interventions. Tant mieux si nous avons réussi à atteindre le coeur plutôt que l’intellect.

  3. Ping : Tweets that mention Un parfum d'éternité... | Communications Sylvain Dionne -- Topsy.com

  4. Je suis très touché par ces 4 messages car j’y reconnais la situation vécue par mes parents, surtout mon père et l’aide (madame Servant) qui venait le voir régulièrement. Bravo Sylvain, Émilie et Sandro. P.S. La trame sonore est douce à mes oreilles.