Liberté de pensée et d’opinion

Mon dernier billet a suscité bien des réactions, positives, négatives et certaines virulentes, qui n’ont malheureusement pas été inscrites sur mon blogue. Mais Facebook, Twitter et courriel ont chauffé toute la journée. J’ai touché quelques cordes sensibles chez les médias de ma région, selon ce que j’ai pu constater…

Ce blogue a été conçu, et je l’ai écrit dès le départ, pour que j’y exprime ma vision de diverses choses, de la communication stricte à l’actualité, que ce soit de manière humoristique ou éditoriale. Ma vision n’est pas celle de tout le monde, j’en suis conscient, heureusement; chacun a droit à sa vision. Mais c’est la mienne, je considère qu’elle peut être tout aussi intéressante et valable que celle de bien d’autres. Et je crois que j’ai assez de vécu dans le milieu des communications et des médias pour avoir le loisir de livrer ma pensée et mes réflexions, tout en assumant que ça fera réagir sans unanimité.

C’est ce qu’on appelle la liberté de pensée et d’opinion. J’ai appris aujourd’hui que cette liberté n’est parfois concédée aux autres que dans la mesure où elle ne dérange pas trop, pourvu qu’elle ne fasse pas trop mal, qu’elle soit « politically correct », qu’elle ne soit pas divergente et surtout qu’elle ne soulève pas trop de questions. Mais si on ne remet pas en question, où résident la pensée et l’opinion, où demeure le principe fondamental et universel du droit à l’expression de l’opinion. On m’a remis en question personnellement aujourd’hui, alors que je n’avais pointé personne ni aucun média en particulier dans mon dernier billet. Je reçois cela avec plaisir et humilité car, qui n’a pas besoin d’être parfois remis en question, surtout que personne n’est parfait.

La liberté de pensée et d’opinion, c’est un droit que défendent avec vigueur et avec raison nos médias. Est-ce que ce droit leur est réservé? Je ne crois pas, comme je ne pense pas avoir énoncé d’énormités dans mon dernier écrit. Au contraire, nos médias devraient se réjouir qu’il y ait des opinions divergentes pour alimenter les débats et susciter la réflexion. J’ai entendu dire tellement souvent qu’il n’y avait plus de pensée éditoriale dans la région, que je m’étonne de la réaction que mon billet a pu générer. Mais ça fait partie du jeu et je l’accepte…

Devrai-je me contenter de n’écrire que des billets doux, mièvres, sans substance, gentils, agréables et pas trop dérangeants, uniquement pour faire plaisir? Je suis désolé, mais ce n’est pas mon genre, ceux qui me connaissent vraiment le savent. J’écrirai toujours pour livrer le fond de ma pensée, honnêtement, franchement et avec authenticité. Ce pourra être parfois conciliant, parfois moins.

On me dit que j’ai bousculé et que mon billet a contrarié; oui, j’admets que mes propos aient pu déranger et ébranler certaines colonnes du temple; c’était l’objectif. J’en suis heureux parce que je pense sincèrement que nos médias doivent être poussés hors de leur zone de confort. Nous avons ici la plus importante concentration de médias au prorata de la population au Québec, si ce n’est pas au Canada. Nous disposons de ressources médiatiques de pointe. Il me semble que nous pouvons faire les choses différemment, en commençant par accepter que les gens se prononcent librement sur le fond et la forme des contenus médiatiques de tous genres qui leur sont proposés. Après tout, ces gens sont des clients et ils ont le droit d’exprimer leurs commentaires comme envers toute entreprise, sans avoir à craindre de représailles.

Et si mes billets ne suscitaient aucune réaction, alors à quoi bon écrire ici?

Une réponse pour Liberté de pensée et d’opinion

  1. Boujour à vous tous et toutes,
    Il n’y a qu’une mince ligne entre déviance et délinquance, c’est le socialement acceptable. L’ordre établi est appelé à changer, à évoluer et c’est pour cette raison que nous avons besoin de points de vue différents sans que ceux-ci soient dans la zone du délit.
    Il faut continuer à écrire pour faire avancer le débat sur les lieux d’information et d’acquisition de connaissances
    Salutations!